20 août 2007

Je l'ai suivi longtemps. J'étais en sueur, complètement détrempé, d'ailleurs j'en étais à mon deuxième chandail. Lui, il marchait dans le boucan d'un boulevard de Bangkok dont malheureusement j'ai oublié le nom, mais il avait l'air de se promener sur la grève...comme si le tapage des voitures n'était que le chuchotement de vagues sur le sable, ainsi le smog devait lui rappeler l'odeur de sel et de vent du large...Alors que mes paupières s'arrachaient à cause de la sueur qui dégoulinait de mon front, ce bonhomme là n'avait pas versé... [Lire la suite]
Posté par frederic hardy à 23:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 août 2007

Posté par frederic hardy à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

Bon Dieu, la bougeotte que je me suis tapée pour ne pas perdre son regard. Il était là, le regard à peine perdu. Et moi, comme un idiot, je passai au travers de ce regard sans mon appareil photo au cou. Alors je me suis mis à grouiller comme si j'avais une couleuvre dans le dos pour ne pas perdre son attention. Je sortis mon Nikon et le visai sans lui laisser la chance de se sauver. Deux clics et c'était fait, un de mes beaux contacts thaï était dans la boîte. L'autobus est partie et le petit ne m'a pas lâché des yeux jusqu'à ce... [Lire la suite]
Posté par frederic hardy à 03:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 août 2007

(À ma demande, le gars a fortement refusé de me laisser la prendre en toute légalité. Il ne voulait tout simplement pas...Des yeux, des mains, des mots, de la tête, et ses narines qui se gonflaient...il refusait entièrement. Je devais bien usé de ruse; photo prise sous le bras.) Mais qu'est-ce??? Pas des dentiers?!?! Quelques-uns étaient d'ailleurs plus...cariés que d'autres... Bon appétit.
Posté par frederic hardy à 04:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

30 baths pour traverser la rivière jusqu'à la rive nord...ou sud...ou bien est? Mais pas ouest, à moins que...? 30 baths divisés par 33 donnaient droit à la traversée de la rivière, au plaisir enfantin de passer le tourniquet et au privilège de voir cette charmante (oui, oui!!) dame de face...avec ses incroyables lunettes!!!
Posté par frederic hardy à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

Perles et reflet de femme

Posté par frederic hardy à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2007

Les taxis ne passent pas toujours aussi rapidement. Habituellement, ils sont plutôt à la recherche de promeneurs à avaler...
Posté par frederic hardy à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2007

Certains jours passaient pour de l’errance, certaines errances avaient le don de m’amener au sommet de découvertes aussi simples et ordinaires qu’intenses et captivantes. Ce jour là, sans savoir où j’allais, j’y allais. Guidé par rien du tout, que par un réflexe ici et là de tourner à droite, à gauche, de revenir sur mes pas, de suivre l’odeur épicée d’un met ou l’homme à la démarche boiteuse. Je finis par me retrouvé au beau milieu d’un marché de n’importe quoi, un assortiment hétéroclite de bébelles en tout genre. C’est... [Lire la suite]
Posté par frederic hardy à 22:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 août 2007

Il y a, au Lumpini Park de Bangkok, sous la chaleur accablante du mois de mars, entre fougères et palmiers, un tréteau de bois au plancher en marbre. Alors qu’autour, passent les passants, courent les enfants, errent les promeneurs sans rendez-vous autre que celui de profiter du moment, le tréteau supporte un couple de danseurs en répétition. Je ne sais qui je n’osais gêner, eux ou bien moi, qui aie passé un bon bout de temps à apprécier le spectacle de loin. Quel cadeau ils m'ont offert en me découvrant exactement au moment où je... [Lire la suite]
Posté par frederic hardy à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 août 2007

Ce soir là, toujours sous le manteau lourd de Bangkok, la bouffe à l'épice thaï a fusé. Le resto était passablement plein. Il faut dire (et croire) qu’une grande visite y était attendue. En vrai, de magnifiques princesses thaï nous offrirent sourires sincères et petits pas délicats. Les enfants, fascinés par le rêve cultivé, s’y voyaient en elles comme en l’aspiration du moment. De tous leurs grands yeux ronds ou bridés tournés vers la scène, ils n’osaient à peine en cligner les paupières, ou bien tiens, une seule à la fois… Mais... [Lire la suite]
Posté par frederic hardy à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]