22 août 2007

DSC_0427À cette heure là, suivant les saisons, il y a une fenêtre d’un appartement de New York qui n’a plus droit à la lumière du soleil. Bien entendu, plus d’une fenêtre au même moment est privée du privilège de voir ses rayons dorés s’étendrent sur le bois franc du salon, mais il y en a bien une seule pouvant se plaindre de les manquer de si peu. Tellement peu qu’en sortant la tête par cette fenêtre, il est possible en tirant le bras d’un côté ou de l’autre du cadrage, de sentir la chaleur vive du soleil de New York, sur sa main. Qu’est-ce qui peut bien créer cet étrange phénomène? La pointe de l’ombre de l’antenne de l’Empire State Building s’étirant allègrement jusqu’à frapper à la fenêtre.

Posté par frederic hardy à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur À cette heure là, suivant les saisons, il y a une

Nouveau commentaire