21 août 2007

Autobus Bon Dieu, la bougeotte que je me suis tapée pour ne pas perdre son regard. Il était là, le regard à peine perdu. Et moi, comme un idiot, je passai au travers de ce regard sans mon appareil photo au cou. Alors je me suis mis à grouiller comme si j'avais une couleuvre dans le dos pour ne pas perdre son attention. Je sortis mon Nikon et le visai sans lui laisser la chance de se sauver. Deux clics et c'était fait, un de mes beaux contacts thaï était dans la boîte. L'autobus est partie et le petit ne m'a pas lâché des yeux jusqu'à ce qu'il se torde le cou.

Posté par frederic hardy à 03:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Bon Dieu, la bougeotte que je me suis tapée pour

Nouveau commentaire